Quand le patient n’est pas la seule victime

Suite à une erreur médicale ayant provoqué le décès du patient, sa famille décide de déposer une plainte contre l’hôpital et contre le médecin-assistant. Celui-ci, se sentant complétement dévasté par l’évènement et remettant en question sa propre aptitude pour soigner, a demandé de s’absenter pour quelques temps. Ce phénomène peut être décrit comme le phénomène de « seconde victime ». On estime que tout individu se consacrant au traitement et à la prise en charge de patients y sera un jour ou l’autre confronté. Outre les répercussions psychologiques pour les professionnels, le phénomène de seconde victime a également un impact sur la sécurité des patients. Il apparaît donc clairement que les institutions de soins doivent veiller à ce que le soutien des professionnels suite à un évènement indésirable devienne un aspect central de la gestion du personnel et que celui-ci soit intégré à la gestion clinique du risque. Plusieurs stratégies pour faire face à ce phénomène ont été décrites dans la littérature : la culture positive envers les erreurs, les structures de soutien et la formation des professionnels ainsi que la divulgation.

Date de parution : 09/2020

Thème : Seconde victime

Mots clés : Seconde victime, Culture positive, Divulgation

Cette histoire vous interpelle ? Alors partagez avec nous vos expériences ! Envoyez un email à Ana van Innis, Quality & Safety Officer, analuisa.vaninnis@paqs.be.

En visitant, utilisant ce site web et en prenant contact avec le responsable du traitement, vous consentez expressément à ce que nous recueillions et traitions, selon les modalités et principes décrits dans nos politiques de confidentialité, vos données à caractère personnel ainsi qu'à l’utilisation de cookies.