COVID-19 : les compétences en sécurité des patients et en amélioration de la qualité à déployer

Titre original : COVID-19: Patient Safety and Quality Improvement Skills to Deploy During the Surge
Journal : International Journal for Quality in Health Care
Auteurs : Staines A, Amalberti R,  Berwick DM, Braithwaite J , Lachman P,  Vincent CA
Année : 2020

COVID-19 : les compétences en sécurité des patients et en amélioration de la qualité à déployer lors de la crise épidémique

La pandémie de COVID-19 a mis la plupart des systèmes de santé à l’épreuve. Pour faire face à cette crise, les systèmes ont dû se réorganiser rapidement, avec un temps de réflexion limité sur les rôles de certains de leurs professionnels, notamment les experts en sécurité des patients et en amélioration de la qualité (SP&AQ). Dans de nombreux cas, ces experts qui avaient parallèlement une formation en soins cliniques ont été appelés sur le terrain afin de soutenir les services et les soins intensifs. D’autres ont été jugés comme « non essentiels » et ont donc été mis en télétravail, en mettant en stand-by la plupart de leurs projets. Par ailleurs, la plupart des experts en SP&AQ, ayant de nombreuses compétences à offrir dans leur domaine, ont fini par effectuer des tâches sans aucun rapport avec la crise actuelle.

Pour faire face à une pandémie, il est important d’avoir des compétences en virologie, en sérologie, en soins intensifs, ainsi que dans d’autres disciplines liées à la prévention et au contrôle des infections. Cependant, parallèlement à la prise en charge de l’infection en tant que telle, la plupart des services de soins ont dû rapidement s’adapter et modifier leurs processus organisationnels. Et c’est là que les experts en SP&AQ peuvent apporter un soutien considérable, à travers leur expertise, leurs connaissances et leur savoir-faire. Dans les prochains mois, leur expertise s’avèrera également tout aussi importante dans la gestion de l’impact de l’épidémie sur les changements organisationnels mis en place et sur les patients non atteints du COVID-19 dont le traitement a été retardé, interrompu ou annulé.

Un groupe international d’experts en sécurité des patients a rédigé une stratégie en cinq étapes afin de montrer comment les professionnels en SP&AQ, à travers leurs compétences, peuvent contribuer de manière significative à la gestion de la crise pandémique et soutenir les patients, les professionnels de soins et les organisations : 
 
  1. Renforcer le système : à travers l’évaluation de la préparation des institutions à la gestion de la pandémie, le recueil des données, la mise en place de formations, la promotion de la sécurité du personnel et le renfort du soutien par les pairs.
  2. Promouvoir l’engagement et la participation des citoyens, des patients et de leurs familles afin que les mesures de prévention, d’isolement et de traitement soient décidées et mises en place conjointement par les professionnels de soins et les personnes qui reçoivent les soins.
  3. Soutenir l’amélioration des soins, à travers, par exemple, l’organisation de la séparation des flux de patients, l’organisation d’ateliers de formation sur le travail en équipe et la participation au développement d’un système d’aide à la décision clinique.
  4. Réduire les dommages, à travers la gestion proactive des risques pour tous les patients (COVID-19 et non COVID-19).
  5. Promouvoir et développer le système d’apprentissage, afin de saisir rapidement les possibilités d’amélioration, d’adapter le système face à ces besoins d’amélioration et de développer la résilience au niveau institutionnel. 

1.    Renforcer le système 
  • Identifier une check-list permettant d’évaluer la préparation de l’institution face à la gestion de la pandémie (exemple : check-list développée par l’OMS). Cette évaluation permet d’identifier rapidement les zones à améliorer ainsi que les solutions potentielles d’amélioration. 
  • Recueillir et partager des données et des expériences à travers, notamment, les réseaux internationaux, sur la maladie à COVID-19, son comportement spécifique, les traitements, son impact et son évolution. 
  • Mettre en place des formations/simulations sur des compétences rarement utilisées (exemples : habillage/déshabillage EPI, la désinfection de l’environnement, etc.). 
  • Promouvoir le leadership distribué. Le leadership, à tous les niveaux, est essentiel en cas de crise pandémique. Cependant, les dirigeants manquent souvent de feedback de la part de leur personnel. Aider les leaders à adopter une pensée systémique, la déférence à l’expertise, le leadership distribué et à apprendre des systèmes de rétroaction. Soutenir une communication fréquente, concise et transparente sur la situation actuelle. 
  • Promouvoir la sécurité, le bien-être et la sécurité psychologique du personnel. Informer les dirigeants sur les besoins du personnel en matière de sécurité physique et psychologique et sur les besoins de débriefing, y compris le personnel non clinique. Développer un espace permettant au personnel d’exprimer leurs craintes et leurs préoccupations et les rediriger, de façon confidentielle, aux dirigeants. Promouvoir les actions de remerciements et de reconnaissances envers les professionnels de soins. Relier les dirigeants aux services de santé au travail pour que ceux-ci puissent identifier, prévenir et atténuer les conséquences de la fatigue, de la privation de sommeil et de l’épuisement professionnel chez les professionnels de soins. 
  • Promouvoir le soutien par les pairs. Relancer ou mettre en place un programme de soutien par les pairs, pour les professionnels qui font face à des erreurs, des évènements indésirables ou des dilemmes éthiques. Identifier et communiquer les ressources de soutien que les pairs peuvent mettre à disposition de leurs collègues, ainsi que les techniques de gestion et d’adaptation au stress. 

2.    Promouvoir l’engagement et la participation des citoyens, des patients et de leurs familles
  • Soutenir la co-production (patients et professionnels de soins) des mesures de prévention, d’isolement, de traitement et de rétablissement. Communiquer fréquemment et de manière transparente avec les patients, les familles et les citoyens. 
  • Participer à l’identification, le développement et la diffusion d’outils d’autogestion pour les patients atteints de maladies chroniques qui ont un accès limité aux services de soins (exemple : outils d’éducation et de prise en charge des diabètes et autres maladies chroniques dans un contexte de pandémie). 
  • Établir des partenariats avec certains patients qui, selon leur expérience, peuvent fournir des conseils aux équipes soignantes ou aux autres patients (exemples : patients rétablis ou ceux ayant eu une expérience similaire avec une autre maladie pandémique). 
  • Informer et conseiller les dirigeants sur l’importance de fournir des soins centrés sur la personne. 
  • Évaluer l’équité en matière de soins et de sécurité des patients et corriger les conséquences négatives en termes d’inégalité socio-économique. 
  • Optimiser la politique des visites (exemples : promouvoir le soutien familial tout en assurant la distanciation physique, évaluer la faisabilité d’utiliser des tablettes pour les appels vidéo, etc.). 

3.    Soutenir l’amélioration des soins
  • Participer à l’organisation de la séparation des flux de patients (conception de zones dédiées à la pandémie (urgences, BO, USI, etc.)). Soutenir la mise en place de la téléconsultation.
  • Développer des ateliers de formation sur le travail en équipe (briefings, débriefings, meetings, communication structurée, surveillance de la situation, soutien mutuel). Promouvoir des briefings et des courts meetings afin de résumer les nouvelles lignes directrices, les bonnes pratiques et les dernières informations concernant la situation actuelle. 
  • Participer au développement de solutions d’aide à la décision clinique (identification, évaluation et développement des solutions).  

4.    Réduire les dommages
  • Mettre à jour les directives de contrôle des infections. Aider les équipes de contrôle des infections à mettre à jour les lignes directrices en intégrant les facteurs humains dans la démarche de mise à jour et soutenir les experts en communication pour communiquer et diffuser ces lignes directrices.
  • Organiser des audits de conformité pour les normes considérées comme pertinentes (exemple : hygiène des mains). 
  • Coordonner l’identification, l’analyse et la gestion des risques (exemple : organiser un brainstorming collaboratif sur les risques et les potentiels modes de défaillance et envisager les solutions de réduction ou d’atténuation de ces risques, analyser les vulnérabilités des différents services (nouveaux et déjà existants)).
  • Prévenir certaines lésions provoquées par la pandémie (exemples : diffuser des lignes directrices et mettre en place une formation pour prévenir les lésions cutanées associées au port d’EPI, diffuser et former le personnel sur les lignes directrices de prévention des escarres, etc.).

5.    Promouvoir et développer le système d’apprentissage 
  • Promouvoir le système d’apprentissage. Insister sur l’importance de saisir les incidents, les risques, les possibilités d’amélioration et les innovations liés à la crise. Souligner également l’importance d’apprendre des expériences positives. 
  • Contribuer à la résolution de problèmes et à la recherche de solutions (analyser les besoins soulevés par la pandémie, cartographier les processus, redessiner les processus de prise en charge des soins, etc.). 
  • Promouvoir une culture de sécurité, de résilience et d’apprentissage. Lors d’une crise pandémique, il est plus important que jamais de renforcer une culture d’apprentissage, non culpabilisante, et orientée vers des solutions. 
  • Intégrer l’ergonomie et les facteurs humains (E&FH) dans le développement et la mise en œuvre de programmes de changement comportemental et dans la réorganisation des processus pour les patients, le personnel et la population en général, en faisant appel, par exemple, à des experts en E&FH. 
  • Soutenir l’apprentissage collaboratif et le recueil de leçons sur le terrain (exemples : analyser comment la maladie évolue avec les différentes interventions mises en œuvre, effectuer des tests rapides lorsque des changements/bonnes pratiques sont mis en place, etc.). 
  • Contribuer à l’analyse, à la représentation et à l’interprétation de la variation des données (exemples : modélisation de l’épidémie, développer et mettre à jour un tableau de bord sur la pandémie, créer des Run Chart et des Control Chart pour identifier et analyser les variations).

Thematic 1 : COVID-19

Thematic 2 : Sécurité des patients

Category : Commentaire

Period : May 2020

Language : Anglais


Le lien vers l'article ne fonctionne pas ? Signalez-le-nous à l'adresse contact@paqs.be

En visitant, utilisant ce site web et en prenant contact avec le responsable du traitement, vous consentez expressément à ce que nous recueillions et traitions, selon les modalités et principes décrits dans nos politiques de confidentialité, vos données à caractère personnel ainsi qu'à l’utilisation de cookies.